Par Cédric Sapey ***

La conférence de presse est un exercice qui peut appeler un certain stress chez celui qui doit s’exprimer devant les médias. Ce stress vient souvent du fait que l'orateur s'attend à une série de questions de la part des journalistes, qui seront parfois délicates, voire même agressives (spécialement en situation de crise).

stress-homme-enerve-453.jpg

Si le début de la conférence de presse permet à l’orateur d'émettre son message de manière contrôlée, l'affaire est plus compliquée lors de l’échange direct avec les représentants des médias. Contrôler son message demande alors plus de concentration et d'énergie.

Que nous livre l'observation du langage corporel de personnes se trouvant dans ce genre de situation?

À travers un travail d'observation et d'analyse d’une quarantaine de conférences de presse (une vingtaine d'heures vidéo), je démontre* qu'il existe deux catégories de personnes : les bons communicants, qui semblent naturels dans leur expression face à un public, et les autres pour qui cet exercice appelle un certain stress.

 

 

Une personne à l'aise devant son public exhibera plutôt une gestuelle fluide et ouverte**, alors qu'une personne moins à l'aise exhibera des items traduisant le stress. Rien de très nouveau à ce stade.

Il découle de mes observations que, chez chaque personne en situation de stress, on retrouve une série d’items qui se répète presque de manière constante. De plus, ces séries d’items diffèrent d’un individu à l’autre, ce qui semble indiquer que chaque individu possède sa propre stratégie corporelle de gestion du stress.

Le choix des items qui composent ces stratégies personnelles (ce choix est opéré subconsciemment), renseigne également sur la stratégie intérieure adoptée par l'orateur pour l'aider à rendre le stress qu'il vit plus gérable émotionnellement.

Les gestes observés dans ces situations de stress sont généralement des gestes de fermeture (croisements, bras en prise (1), mains en couteaux (2)) des gestes mettant en œuvre des objets (typiquement le stylo), des microcaresses (3), des mouvements de chaise (4), etc. Certains de ces gestes traduisent un besoin de protection, d'autres de la nervosité, un mal-être, et d'autres encore semblent aider la personne à se rassurer elle-même (quant à son autorité concernant le sujet discuté, ou de sa compétence à parler en public).

Untel cherchera à se protéger de l'auditoire avec des mains en couteaux tendus (5), untel à se calmer ou à se rassurer en caressant sa main, un autre encore cherchera à marquer son autorité et à se donner l’attitude d’un expert en redressant le haut de son corps à chaque minute ou en tirant sur son veston.

Le choix des items opéré par notre subconscient renseigne donc sur le type de stress vécu par l’orateur: trac d’anxiété ou d'anticipation, trac de compétence (toutes les peurs liées à nos croyances quant à nos capacité d'orateurs, la peur d'oublier, la peur de paraitre incompétent aux yeux des autres), ou encore le trac d'approbation (degré d'acceptation du public ressenti par l'orateur). Ce n’est là qu’une ébauche de possibilités qui demandent à être approfondies.

Qui veut être un bon communicant se doit avant tout de ne pas être stressé. Le stress étant ressenti par le public, l’impact d'une personne confiante et à l’aise sera bien plus grand que celui d'une personne stressée. Celui qui veut devenir un meilleur communicant et éliminer les gestes traduisant son stress devra donc avant toute chose travailler sur l’origine émotionnelle de ce stress et non forcer sa gestuelle à paraître artificiellement parfaite.

L’analyse du profil personnalisé de stress, dans le cadre d’un média-training par exemple, pourrait ainsi offrir des pistes de travail sur soi et permettre au coaché d'améliorer sa communication.

Lexique

1) Bras en prise : catégorie gestuelle en synergologie où la main vient tenir le bras opposé;

2) Mains en couteaux : en synergologie désigne un geste où les doigts d’une main viennent s’enfiler dans l’espace entre les doigts de l’autre main, formant ainsi une sorte de bouclier;

3) Microcaresse : en synergologie désigne un geste d’autocontact fait par le bulbe du doigt venant caresser la surface de la peau;

4) Mouvements de chaise : désigne ici des mouvements de balancier ou de rotation que le sujet imprime à sa chaise par les mouvements de son corps;

5) Couteaux tendus : Geste similaire aux mains en couteaux dont la particularité est que les doigts sont tendus;

(*) SAPEY, C. "L’Environnement synergologique des conférences de presse", Rapport d’étape de synergologie, Lausanne, 2010.

(**) D’après Stephen Bunard, le bon communicant est quelqu’un qui fait des gestes, qui regarde son public dans les yeux, est très expressif, fait des gestes tournés vers son public et utilise beaucoup ses deux mains - manifestation de l’équilibre des deux hémisphères cérébraux au moment où l'orateur s'exprime. Sa gestuelle se déroulera de manière optimale dans la zone du thorax.

(***) Cédric Sapey, diplômé en communication d’entreprise (2006) et en communication de crise (2011), cumule plusieurs années d’expérience professionnelle, ayant successivement occupé des fonctions d’attaché de presse, de chargé d’information et de porte-parole. Diplômé en synergologie depuis 2010, il s'intéresse à l’application de cette discipline dans le domaine de la communication. Il tient un blog ici: http://communicae.wordpress.com

 

Tag(s) : #Actualités

Partager cet article

Repost 0