Closergate : Hollande est il favorable au « mariage Gayet » ?

Outre les images et propos du magazine populaire Closer début janvier qui font de Julie Gayet, comédienne, la « supposée maîtresse » du président français, une vidéo de 2012 ressort, où elle affiche par les mots son admiration du candidat Hollande avant l’élection. L’analyse gestuelle révèle clairement qu’elle en pince sacrément plus qu’elle ne le dit.

Lorsque Julie Gayet évoque sa première rencontre « informelle », « par curiosité » avec François Hollande, elle porte sa main sur son menton, en signe de réflexion, ce geste semble artificiel, pas forcément réfléchi, mais cherchant à se donner une contenance comme si elle voulait montrer non consciemment que cela nécessitait de chercher dans les tréfonds de sa mémoire. Elle se gratte surtout l’annulaire gauche avec le majeur. C’est un geste d’engramme. Ce type d’auto-démangeaison entre doigts est souvent visible quand on doit remplir un grand blanc : elle est gênée et cherche ses mots comme si elle avait peur d’en révéler trop. Elle rame un peu. La main gauche sur laquelle s’effectue ce geste est liée à l’affect et elle semble vouloir se cacher avec le concours du bras droit. Le majeur est lié à l’autre dans une relation « personnelle », tandis que l’annulaire renvoie à la famille, au clan, c’est le contexte général donné au sujet. On peut poser l’hypothèse que la relation avec Hollande a de l’importance pour elle. Jusqu’à envisager une « Giulia » ?

Lorsqu’elle dit « c’est un homme formidable », la potentielle « second lady » a un geste de séduction classique, elle remet ses cheveux en arrière, côté gauche, de la main droite, effectuant un croisement, comme si elle était en défense.

« J’ai rencontré un homme humble, tellement formidable… » A ces mots, la paupière droite cligne plus rapidement que la gauche. Ce mouvement évidemment incontrôlable est toujours lié à une émotion fortement positive et déterminante pour la personne. On retrouve ce geste chez ceux qui accomplissent des exploits sportifs.

Du canular ou du cochon ?

« Il écoute vraiment, ce qui est très rare. » A ce moment là, la comédienne effectue un geste troublant, elle se gratte l’arc de Cupidon, la bordure renflée de la lèvre supérieure. Cet endroit du corps signifie presque toujours un enjeu sexuel autour du propos tenu. La démangeaison indique une tension. Elle essaie de banaliser la conversation, elle a peur de se découvrir peut-être, mais son corps parle car elle est traversée par des sentiments plus forts que sa résistance à les dissimuler.

De plus, pendant ce geste, on voit le blanc de ses yeux, au-dessus des pupilles, signe de peur, elle se demande peut-être si elle n’est pas allée trop loin, si elle n’en a pas trop montré.

La démangeaison sur l’Arc de Cupidon, très connoté intimement, se termine par une caresse de la zone de la moustache, comme si la comédienne voulait nous dire qu’elle détient une légitimité à dresser un portrait élogieux du candidat.

De quoi donner de la crédibilité rétrospectivement au Closerga(ye)te. Soit la relation existait déjà entre Hollande et Gayet, soit l’attirance de la comédienne pour le candidat suintait.

Les images troublantes qui révèlent dès 2012 l'attirance de Julie Gayet pour François Hollande.
Les images troublantes qui révèlent dès 2012 l'attirance de Julie Gayet pour François Hollande.
Les images troublantes qui révèlent dès 2012 l'attirance de Julie Gayet pour François Hollande.
Les images troublantes qui révèlent dès 2012 l'attirance de Julie Gayet pour François Hollande.

Les images troublantes qui révèlent dès 2012 l'attirance de Julie Gayet pour François Hollande.

Tag(s) : #People et divertissement, #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :