daniel bouton

Ah la main de Bouton sur le coeur du banquier, un classique... Quand en janvier 2008, le patron de la Société Générale s'explique face à David Pujadas sur le plateau du 20h de France 2, un oeil averti fait le constat d'une gestuelle forcée, la main sur le coeur (non pas sur le portefeuille diraient les mauvaises langues) est portée trop souvent et la plupart du temps en décalage du propos tenu pour être sincère. C'est le fruit d'une approche dite comportementaliste de faire fabriquer des gestes à des patrons comme à des politiques, avec pour résultat le sentiment que tout cela est bien artificiel pour l'opinion publique. C'est dommage, on ne saura pas du coup si M. Bouton est vraiment touché ou pas par cette affaire car il n'a pas laissé ses états émotionnels projeter naturellement ses gestes. Tout cela est donc bien contre-productif. Ce qui n'exclue pas de pouvoir travailler avec un dirigeant pour l'accompagner à comprendre l'impact qu'aura sa gestuelle naturelle sur l'opinion publique. Ce qui n'exclue pas non plus de faire évoluer sa propre gestuelle. Mais il est tellement plus simple de pouvoir faire croire qu'une main sur le coeur va résoudre tous vos problèmes...
Tag(s) : #Monde économique

Partager cet article

Repost 0