sarkozy-merkel-sommet-UE.png

 

Cette semaine, le couple franco-allemand étale ses divergences quant à la résolution de la crise mondiale, tout en essayant de montrer la connivence de leur axe. En conférence de presse, une journaliste demande si le duo a confiance en Berlusconi pour l'engagement de nouvelles réformes.

Le ballet de regards entendus entre Merkel et Sarkozy a fait couler beaucoup d'encre dans la botte comme en témoignent les nombreux articles de presse

 

Ecoutez à partir de 17'45 :



  

Nous avons déjà abordé dans ces colonnes la question du sourire. Voir sourire Sarkozy va libérer le sourire de Merkel sans doute plus encline à le refréner. Histoire de marquer pour le président un point alors qu'il est décrié ces jours-ci comme le vassal de l'Allemagne. N'est pas suiviste celui qu'on croit, semble-t-il vouloir démontrer, en donnant le "la".

Moues d'agacement vers la gauche, sourcil droit surélevé de mise à distance, distanciation diplomatique verbale ("et comment dit-on ?"), précédé d'un rictus arrière des commissures des lèvres, indiquant le peu de maitrise dans une situation qui nous échappe ; et la confiance est plus marquée envers les politiques (Berlusconi exclu) que les économistes.

Les journalistes italiens auront sans doute compris qu'au-delà des mots, la confiance qu'accorde le couple franco-allemand à Berlusconi se réduit à l'épaisseur d'un spaghetti.


Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :