zemmour-naulleau-ruqier-keim.jpg
 
Les deux Eric ont encore frappé chez Ruquier le 08 janvier 2011 en taclant Claire Keim et son album romantique, sous le regard exaspéré d'Olivier Marchal (la séquence nous montre des items synergologiques intéressants chez lui).
Comme souvent en analyse de la communication non verbale, le plus intéressant n'est pas où l'on croit ; plus que les réactions de Keim et de Naulleau, c'est sur Arditi que se concentre notre attention.
A partir de la 5e minute de l'extrait (lisible sur cette page), Zemmour dit n'avoir à l'écoute du disque rien trouvé sinon l'esprit des musiques qu'il écoutait quand il avait 15 ans dans les années 70.
Arditi manie l'arme de l'ironie : "c'est bien de se retrouver à 15 ans... (...) C'est même un miracle". Rien de très dur dans le propos en vérité, mais suffisant pour nous amener une chaîne logique de micro-réactions d'agacement tout à fait "cas d'école" :
 
microtraction sur la veste (une particularité gestuelle souvent observable chez le président Sarkozy) : j'entre dans le jeu et je vais montrer qui je suis ou tenir un propos dont on va se souvenir, ce geste de préhension, bien que marquant une interrogation sur ma capacité à exister dans ce que je vais dire (il y a un enjeu), pourrait s'apparenter à un geste de "dominant.
 
microcaresse joue gauche arrière : je veux montrer mi-consciemment mon agacement
sortie de la langue sur la droite qui s'inscrit dans la durée : j'ai dit une vacherie, dont j'espère qu'elle a été percutante (les applaudissements me le confirment), vraiment dirigée contre Zemmour, je l'assume et je m'en gargarise.
 

 

Tag(s) : #People et divertissement

Partager cet article

Repost 0